Le couple Obama évoque ses expériences du racisme

Par N. Gomes Da Silva

A défaut de pouvoir atténuer la colère d’une grande majorité de la population noire suite aux nombreuses affaires tragiques survenues en 2014, le président américain Barack Obama ne botte pas en touche quand il évoque le sujet du racisme. Interrogé par le magazine People, mercredi 17 décembre 2014, il n’a ainsi pas hésité à parler de son propre vécu en la matière. «Il n’y a pas un homme noir de mon âge (...) qui, attendant sa voiture à la sortie d’un restaurant, n’a pas eu quelqu’un qui lui a tendu ses clefs». Et sa femme Michelle Obama de compléter : «Il portait un smoking à un dîner très chic, et quelqu’un lui a demandé d’aller chercher un café». Il a aussi révélé avoir été pris pour un serveur lors d’une soirée de gala.

Discount Nike Shoes China, where To Buy Cheap Nike Shoes, av2605-700 Nike Presto React Undercover Legs Up All-match Jogging Shoes http://cheapsportselected.com/97-Discount-Nike-Shoes-China-Where-To-Buy-Cheap-Nike-Shoes-AV2605-700-Nike-Presto-React-Undercover-Legs-Up-All-match-Jogging-Shoes.html

La première dame s’est également rappelée de ces moments délicats où sa pigmentation était sujette aux plus immondes stéréotypes. «J’ai cette histoire où, même en tant que première Dame, pendant un déplacement très médiatisé dans un (supermarché) Target, sans être très camouflée, où la seule personne qui est venue vers moi dans le magasin a été une femme qui a demandé mon aide pour lui attraper quelque chose sur une étagère». Si son mari a évoqué les progrès effectués en affirmant que «Les petites irritations ou expériences humiliantes que nous subissons ne sont rien par rapport à ce que la génération précédente a subi», il sait aussi que sa position dominante le protège solidement : «C’est une chose que l’on me prenne par erreur pour un serveur à un gala. C’est autre chose que mon fils soit pris pour un voleur et soit menotté, ou pire, s’il marche dans la rue habillé comme les adolescents s’habillent». Des propos sincères qui viennent rappeler la lourdeur du travail sur les consciences à effectuer dans son pays, et par extension dans le monde entier.

Le maire blanc de New York, M. Bill de Blasio, parent d’enfants métisses, avait quelques jours auparavant exprimé son sentiment sur la question. Sur la chaîne de télévision ABC : «Ce que les parents d'enfants de couleur, et en particulier de jeunes hommes de couleur, ont fait depuis des dizaines d'années, est de les entraîner à être prudents lorsqu'ils sont en contact avec un officier de police. C'est différent avec un enfant blanc. Il s'agit juste de la réalité de ce pays. Et nous avons dit très tôt à notre fils Dante, "écoute, si un policier t'arrête, fais tout ce qu'il te dit de faire, ne fais pas de geste brusque, n'essaye pas de prendre ton téléphone, parce que nous savons, malheureusement, qu'il y a de plus grands risques que cela soit mal interprété quand vous êtes un jeune homme de couleur ».

Une rude année interraciale 2014 s’est achevée pour les États-Unis d’Amérique mêlant tristesse des victimes, colère, indignation et effondrant peut-être le mythe d’une nation post-raciale!

 

Add comment

Plain text

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les adresses de pages web et de courriels sont transformées en liens automatiquement.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.

PHP code

  • Vous pouvez utiliser du code PHP. Vous devrez inclure les tags <?php ?>.